nounous62

Les Ass'matOutreloises et leurs lutins
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion
Bonnes vacances à toutes les assistantes maternelles !

Partagez | 
 

 l'autorité chez l'assistante maternelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nounou62

avatar

Messages : 985
Date d'inscription : 26/01/2011

MessageSujet: l'autorité chez l'assistante maternelle   Jeu 15 Sep - 10:39

Définition de l'autorité:Littéralement, conduire à l’extérieur, faire sortir l’individu, conduire un enfant à devenir un être humain.


Généralités :

Il est important de souligner la différence entre « Autorité » et « Autoritarisme »
En matière d’autorité, il faut être convaincu de la légitimité de son rôle d’éducateur, ceci rend l’autorité plus saine.
Dans l’autoritarisme, il y a une notion de violence faite à autrui. Excès de pouvoir.


Réponses aux diverses questions

L’enfant roi :

Il
s’agit là d’un processus sociologique. Il est du à la « rareté » des
enfants, la baisse de la natalité, l’âge plus avancé des parents qui ont
maintenant le choix d’avoir un enfant, qui devient un objet de désir.
On découvre dans les années 80 que le bébé est une personne douée de
compréhension. On s’interroge sur la façon d’être le meilleur parent et
de donner à son enfant la meilleure qualité de vie.
Parallèlement,
les parents sont en attente de cet enfant, la famille devient une chose
éphémère, le seul lien durable est celui enfant/parent. Le parent à
besoin de s’assurer de l’amour de son enfant. Pour cela, il cherche des
réponses à l’extérieur de la famille car bien souvent, il manque de
référence dans sa propre famille.

Souvent, le sentiment
d’insécurité dans lequel se trouvent les parents, les conduit à chercher
une reconnaissance par leur enfant et à éviter tout sentiment de
frustration chez ce dernier, or il est important de déterminer en quoi
la frustration peut être structurante.

L’enfant a changé de place dans notre société. C’est lui qui est au centre de la famille .

Position de l’assistante maternelle face à cette situation
Face
à des parents « adulescents », l’enfant est en capacité ( si
l’assistante maternelle est convaincue du bien fondé de son éducation),
de faire la différence entre l’autorité de ses parents et de son
assistante maternelle. Il est toutefois essentiel que le dialogue
s’instaure tout de suite entre les parents et l’assistante maternelle
afin de verbaliser les choses, les différences de point de vue, et «
d’accorder les violons ».
Le cadre posé participe à la construction
de l’enfant. La frustration est structurante car elle permet de sécurisé
l’enfant dans la pose de limites.
Il est à noter que l’éducation qu’ont reçus les parents eux-mêmes, pèse lourd dans la structuration de l’enfant.


L’Autorité


Historiquement, le père détenait l’autorité. De nos jours, l’autorité est parentale, à savoir, détenue par les deux parents.

L’autorité
du père : Le père est un tiers dans le couple que forme la mère et
l’enfant. Couple fusionnel par essence. Le père induit la séparation, il
s’inscrit comme agent de la « loi » dans la famille. Il est très
important que le père soit reconnu en tant que tel par la mère, même
au-delà de sa présence physique.

La fonction paternelle ne
s’assimile pas forcement à la présence physique du père. Une mère seule
avec un enfant assume son rôle de mère également que la fonction
paternelle. Mais pas le rôle de père.

Dans la cellule familiale,
la position de père n’est nullement remise en question lorsque celui ci
participe aux taches ménagères ou aux changes et repas de plus petits.


Gestion des crises

Lors
d’une crise, d’un caprice, l’enfant teste les limites qui lui sont
imposées. Au moment où il comprend que l’adulte ne changera pas les
limites posées, il finira par se calmer. Il est important d’être
cohérent dans la pose de ces limites de façon à ce que l’enfant
n’éprouve pas un sentiment d’insécurité qui induirait une crise.

Il
est important d’expliquer à l’enfant le pourquoi de la décision mais il
faut savoir qu’il arrive un moment où on ne négocie plus, et exprimer
de façon ferme le rappel des limites, tant dans le propos verbal que
dans l’attitude physique. Ne pas dire à l’enfant en souriant : « je ne
suis pas contente ! », ceci afin de faire comprendre à l’enfant que
l’adulte ne changera pas d’avis.


Différence dans l’affirmation de l’autorité entre les parents et l’assistante maternelle

Un flou dans le cadre donné à l’enfant engendre de l’insécurité, donc une faille, d’où possibilité de crise.

Un
enfant qui se met à faire des bêtises inhabituelles lorsque ses parents
sont chez l’assistante maternelle, est un enfant qui ne sait plus qui
est son référent en matière d’autorité.
Pour éviter que ne se pose
le problème de partage de l’autorité, il est important de fixer les
choses dès le départ avec les parents, à la signature du contrat.

Le
professionnalisme des assistantes maternelles impose de poser des
limites, un cadre, à l’enfant mais aussi aux parents. L’assistante
maternelle a des devoirs mais également des droits, une mission
éducative en accord avec les parents. Ne pas oublier que l’assistante
maternelle reste l’employée des parents. Le dialogue reste indispensable
entre les parents et l’assistante maternelle.

A partir de quel âge peut-on parler d’éducation ?


Très
tôt, et très progressivement, on peut parler d’éducation, dès la
séparation d’avec la mère, l’enfant comprend qu’il perd du pouvoir.
Toutefois, l’essentiel se passe au moment de la marche. A cette étape de
la vie d’un enfant, la notion de danger va rentrer en ligne de compte
et introduire les vraies premières frustrations.

A l’âge de 18
mois-2 ans, l’enfant a des velléités d’autonomie qui induisent le
développement du « Non ». Il est capital à ce moment de dire « Non » au «
Non ».L’enfant vient chercher une limite à sa toute puissance. Ce
serait un mauvais service à lui rendre que de ne pas y mettre un frein.
Les limites sont indispensables, précises et expliquées. La sanction
n’est pas la punition. Elle vient signifier à l’enfant qu’il a dérogé à
l’interdit.

Il est nécessaire d’apporter de pointer la différence
entre la sanction et la punition. Il y a dans la punition la notion
d’autoritarisme. La punition comme par exemple la fessée, est un échec à
la pose de limites, c’est la mise en place de l’autorité physique par
le châtiment corporel.

Les interdictions ne fonctionnent que dans
la fonction d’éducation. Si l’enfant n’entend pas les interdictions, il
s’expose à une sanction.
Avant 7 ans, l’enfant est dans le désir
immédiat. Il va tester les interdits en permanence. Si l’enfant n’admet
pas, n’entends pas la sanction à plusieurs reprises, il risque d’y avoir
débordement de la part de l’adulte. L’important est de savoir tenir
compte de ces débordements afin de modifier la sanction pour la rendre
admissible par l’enfant.

Il peut arriver que l’enfant, conscient
d’avoir dépasser les limites, décide qu’il est « passible » de sanction
et se l’impose lui-même. Le parent peut alors changer la sanction
d’ordinaire appliquée afin que son rôle soit respecter et non pas usurpé
par l’enfant.


Comment dire « Non »

Lorsque l’adulte dit « Non », il est important que l’enfant prenne conscience de la fermeté associant le mental et le physique.

Ne
jamais oublier que les limites, la sécurité protègent l’enfant. Les
interdits constituent un guide. Pour un adulte, les limites ultimes sont
constituées par la prison.
Donner des limites c’est protéger l’enfant.

Il y a une notion de BIENTRAITANCE en opposition à la maltraitance.
La bientraitance regroupe :
- La protection contre lui-même
- La sécurisation
- La protection de la tyrannie envers les autres

Poser des limites n’est pas écraser l’ordre, c’est le respecter et lui permettre d’être respecté.
Lors
de l’adolescence, s’il n’y a pas de limites connues, l’adolescent
risque de se sentir en insécurité et devenir violent et rebelle.


Lorsqu’un
enfant n’obtempère pas à un « Non », il est capital de résister. Face à
la fermeté de l’adulte, l’enfant battra en retraite. La loi du plus
fort doit être du coté de l’éducateur. Dans le cas d’une résistance
farouche, il y a toujours la possibilité de détourner l’attention de
l’enfant qui doit entendre que l’adulte a bien compris le problème, son
désir, son envie, son mécontentement, mais que la position ne change
pas. Il doit savoir qu’il est bien reconnu en qualité de contestataire,
mais que cela ne change rien à la détermination de l’adulte.


Lorsqu’un
problème de jalousie se pose dans une famille avec l’arrivée d’un bébé,
il faut absolument fixer les limites que les grands ne devront en aucun
cas franchir sous peine de sanction. Parallèlement, il est important de
leurs donner des responsabilités à la hauteur de leurs possibilités de
façon à les valoriser et mettre en évidence les dangers que certaines
situations peuvent engendrer pour le nourrisson.


Le jeu dans l’éducation


C’est
bien de stimuler l’enfant par le jeu, mais point trop n’en faut. La
mission première du jeu est d’aider l’enfant à s’évader dans un monde
d’enfants, d’apprendre à rêver, pour se construire en tant qu’individu.
Il
faut répondre à la demande de l’enfant, mais sans anticiper. Le jeu
éducatif est à utiliser à petite dose, un enfant qui ne fait rien, fait
quand même quelque chose.

C’est bien de favoriser « la lecture » chez l’enfant dès 3 mois, dans le but de développer l’imaginaire.


Conclusion


En
conclusion, on peut dire que l’autorité est un besoin primaire de
l’être humain. C’est une violence fondamentale, nécessaire et
indispensable à la construction de l’être humain en devenir qu’est
l’enfant.

Les professionnels doivent aider les parents à reconnaître qu’ILS SAVENT.

Les
parents doivent faire confiance à leurs intuitions de parents,
d’éducateur. Ils ont de vraies compétences innées, et les professionnels
doivent les aider à en prendre conscience.

Intervention de Madame Sabine MICELI
Psychologue au service des Actions pour la Maternité et l’Enfance
.
Revenir en haut Aller en bas
 
l'autorité chez l'assistante maternelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'autorité chez l'assistante maternelle
» Conseil de sécurité chez l'assistante maternelle
» Salle de jeux chez l'assistante maternelle
» Enfant malade chez l'assistante maternelle.
» assistante maternelle / accueil périscolaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
nounous62 :: motricité " éveil corporel"-
Sauter vers: